06.29.64.80.95 rabia@lumierez-vous.com

D’abord l’autre…et ensuite éventuellement toi…

Que ressentez-vous en vous quand on vous parle de confiance en vous ?

Et si je vous demande depuis quand n’avez pas confiance en vous ? depuis combien de temps n’osez-vous pas réaliser vos rêves car vous êtes sûrs que vous n’y arriverez pas ?

D’aussi loin que vous vous souvenez n’est ce pas ?

Que j’ai connu ça…

Et pourtant la confiance en soi elle est là, elle ne nous a jamais quitté. Mais elle est enfouie tellement profondément que nous ne savons pas où elle est. C’est un magnifique trésor. Il est là. Et il nous appartient de nous laissez guider par notre seul et unique GPS, j’ai nommé notre Cœur.

Mais on ne nous a jamais appris comment faire.

J’ai connu comme beaucoup d’entre vous, trop de moments où je n’ai pas pu réaliser ce que je souhaitais. Enfant, on nous empêche de nous réaliser : ce n’est pas pour toi…tu n’es pas à la hauteur…tu n’y arriveras jamais. Alors le pas qu’on a envie de poser, on nous en fait reculer de deux.

Et adulte, on n’a besoin de personne pour reculer. On le fait soi-même. Ce qu’on a pu entendre étant enfant, s’est ancré en nous. C’est le début de l’auto-sabotage. On s’efface au profit du regard des autres. On n’ose pas, on n’ose plus. Parce que sinon on est méchant. Sinon on est égoïste. Sinon que vont dire les gens ? Voilà…on s’est effacé.

On ne se rend plus compte que les mots qui sortent de notre bouche ne sont pas pour nous, mais pour plaire à l’autre. Pour lui faire plaisir. Pour qu’il nous aime..

Et on s’est tellement éloigné des rêves que l’on avait étant enfant…

On voulait être pilote…alors on regarde des documentaires sur les avions…on pose des regards envieux sur les pilotes que l’on voit dans les aéroports…on ne nous a pas fait confiance pour ces études, parce qu’à l’école on nous a dit qu’on n’avait pas le niveau. Et si à l’école on  nous le dit, alors forcément à la maison…

Je voulais être prof d’anglais. Mais au lycée on m’a dit que je n’avais pas le niveau pour aller en général.  J’ai été orienté en section technologique. J’ai voulu après mon BAC persister et aller en fac de langues à 40 km de chez moi. Et là c’est mon père qui n’a pas voulu. Passionnée de langue j’étais. J’ai finalement choisi une filière avec des langues. Mais je n’ai pas eu mon diplôme, dans le lycée à côté de chez moi. Mais mis à part l’anglais je n’aimais aucunes autres matières. De toute façon « je n’avais rien à faire dans cette filière ».  Je me rappelle encore de cette observation d’un professeur dans un bulletin J

Nous sommes à la maison, dans le système scolaire, éduqués. Nous recevons de par nos parents ce qu’ils ont reçus, ce qui leur a été transmis. Pareil à l’école. Qu’est ce qui fait que nous préférons un enseignant qui aurait fait exactement les mêmes études qu’un autre ? Ce n’est pas le contenu du cours. Non c’est ce qu’il y met de sa personnalité, de son caractère, de son humanité.

A la maison, nos parents, surtout dans la culture dans laquelle j’ai grandie, on nous apprend à grandir pour l’autre. Attention aux regards de l’autre. Penser aux autres. Aider les autres. L’autre d’abord. Et après éventuellement toi : Sois gentil. Ne répond pas. C’est la coutume…c’est la tradition etc…et la Vie que nous sommes venue vivre, elle nous glisse entre les doigts.

On n’a pas envie de faire ? tant pis tu feras quand même…

Et à l’école, combien d’entre nous avons entendu des remarques désobligeantes, parfais humiliantes de la part d’enseignants, devant toute la classe ? Ces enseignants qui ont certainement dû vivre la même chose…on transmet ce que l’on reçoit…

C’est un fait aujourd’hui : si enfant on ne nous apprend pas à avoir confiance en nous, adultes il nous appartient de la retrouver. Cette Vie est la nôtre. Nous avons des expériences à vivre. Des rêves à réaliser. Le souffle qui entre et sort de notre corps nous rend vivant. Mais notre Vie ne devrait pas se résumer à ce souffle. Ce que nous vivons n’est pas de la responsabilité des autres.

Le monde extérieur est le reflet de notre monde intérieur. Nous devons arrêter de rendre l’autre responsable de ce que nous estimons comme des malheurs. Nous avons la responsabilité de cette Vie qui nous a été confiée.

Arrêtons de trouver des excuses pour ne pas nous réaliser. Arrêtons de nous trouver des excuses car nous ne recevons pas ce que nous voulons. Arrêtons de trouver des prétextes pour ne pas réaliser ses rêves. Vivre avec des regrets est des plus cruels. Ou on se réalise…ou on accepte.

Quand on écoute son Cœur, on décide de vivre pour Soi. On renaît. Ou souvent on naît enfin. On goûte à la libération. Le Cœur sait. Il ne ment pas.

Alors plongez…