06.29.64.80.95 rabia@lumierez-vous.com

J’ai souvent fait des posts qui je le sais vous ont inspirés. Qui vous ont touchés, vous ont entraînés vers de nouvelles prises de conscience.

Je le sais…vous me le dites…mais en privé.

Pourquoi ? 

De quoi avez-vous peur en public ? 

Que l’on vous affuble d’une étiquette qui n’est pas acceptable dans la conscience collective, autrement appelé « les gens » ?

Etre vulnérable était-il mal perçu ? 

J’ai accompagné une jeune femme à plusieurs milliers d’abonnés, et lui ai demandé si elle voulait bien partager en public ce qu’elle a guéri à travers notre accompagnement.

Elle a préféré ne pas le faire, pour ne pas afficher cette facette. C’est son choix. 

Est-il obligatoire d’être fort ? 

Cette société, précurseur de tant de conditionnements, source de tant de croyances limitantes.

C’est un choix.

Privilégier de dépenser sans compter en shopping, et estimer qu’une séance de mieux-être est trop cher est un choix. Et pleurer car vous vous sentez mal, est un choix.

Personne ne viendra vous chercher. Moi, personne n’est venu me chercher. Je me suis auto-botter le derrière toute seule. Et j’ai demandé de l’aide.

Vous n’avez pas à vous cacher. 

Vous ne savez rien de ce que l’autre vit. Vous donnez trop de pouvoirs, de votre énergie à la conscience collective qui s’en nourrit. 

Plus vous lui donner, plus elle en demandera. Et vous aurez de moins en moins d’énergie : autrement dit, vous irez de plus en plus mal.

Mais vous vous cacherez derrière un faux sourire « si si je vais bien » . Ok. C’est ce que tu dis. C’est ton choix. Je dois respecter ton libre arbitre. 

Je ne suis pas tendre pendant vos séances. Votre corps me le dit.

Ce que je peux vous dire peut vous piquer. Je le vois dans la crispation de votre corps. C’est votre mental qui vous dit « punaise je la paie 70€ et elle me dit que c’est de ma faute. C’est toujours de ma faute ».

Je sais très bien ce que vous vous dites. Et jamais je ne vous accuse. Car je ne juge pas. Qui suis-je pour vous juger ? Vous êtes votre juge. Et êtes cruel envers vous même.

« C’est de ma faute » > sentiment profond de culpabilité. Vous n’en avez pas assez de vous sentir coupable depuis si longtemps ? Parce que l’ont vous a fait culpabiliser :

  • T’es pas gentil 
  • Tu es un méchant garçon etc…

Hier, j’ai entendu une maman dire à sa petite fille qui gesticulait, « attention je vais appeler la police des enfants »….Interdiction d’être vivant. C’est une faute. Elle pourrait être juger….

Mais je ne suis pas là pour vous dire que « les autres sont méchants et vous vous être la pauvre victime ». Oh non, non ne guérit pas comme ça.

Mon job est de vous faire prendre conscience que vous être maître de votre Bonheur, comme vous êtes seul maître de votre mal être.

Et de tout faire émerger de votre subconscient, que tout ce que vous vous créez est issu de projections – ou croyances limitantes. 

Ça c’est mon rayon. Le subconscient est l’épicentre de vos émotions. Intrinsèquement lié avec votre chakra du plexus solaire. 

Comme dans un film : réveillatiooooon de la croyance >>> Tchack >>>> mal au ventre ! oui oui c’est presque comme ça que ça se passe 🙂

Le subconscient dirige 90% de votre vie. 

Exemple de croyances qui y sont logées : 

  • Finis ton assiette
  • On ne parle pas à table
  • On ne répond pas aux adultes
  • Tu n’es pas à la hauteur etc etc……

OK : vous n’avez pas choisi étant enfant que l’on vous humilie. Personne ne vous a appris à avoir confiance en vous. Quant à l’amour de soi, on n’en parle même pas.

Ça c’était l’enfant, il reçoit, il écoute, il fait.

Et l’adulte ? Que fait-il de tout ça aujourd’hui ? 

Ça vous gêne aujourd’hui ? Alors qu’en faites-vous ? 

Il est certain que vous n’arriverez peut-être pas à mettre un nom sur ce que vous ressentirez. 

Vous direz peut-être que vous ne vous sentez pas bien….Il y a quelque chose de lourd, que vous n’arrivez pas à identifier.

Normal…c’est profond…Seul vous aurez peut-être du mal à aller à l’origine. 

Ensemble on peut le faire.

N’ayez pas, PLUS, peur de demander de l’aide.

Que ce soit avec moi ou un autre professionnel.

Faites-le pour l’enfant que vous étiez, pour guérir cet enfant. Vous guérirez ainsi vos liens avec vos enfant.

Et surtout vous guérirez. Ici et maintenant.

Vous êtes à un coup de téléphone d’une nouvelle vie. 

N’essayez pas. Faites le.